DES TECHNOLOGIES VERTES, PAS DES TAXES

NORMES SUR LES INVESTISSEMENTS VERTS

De nombreuses entreprises au Canada sont des chefs de file de la lutte contre les changements climatiques et cherchent à réduire leurs émissions.

Un vrai plan pour protéger notre environnement renforce l’avantage économique du Canada et encourage la durabilité environnementale en assurant que les gros émetteurs contribuent à réduire les émissions. Guidé par notre principe Des technologies vertes, pas des taxes, ce plan exigera que les entreprises canadiennes montrent l’exemple et investissent dans la technologie de réduction des émissions si elles ne peuvent pas respecter nos normes sur les émissions.

Nous allons continuer à consulter les provinces, les territoires, les dirigeants d’entreprise et les experts de l’industrie pour assurer que nos normes sont non seulement appliquées, mais justes. Nos normes vont suivre les changements technologiques afin d’assurer que nos entreprises peuvent s’adapter, et rester concurrentielles et durables sur le plan environnemental, tout en réduisant leurs émissions avec un impact économique minimal. Nous nous engageons à protéger l’industrie canadienne des conséquences négatives des fuites de carbone* en assurant que les normes sont établies en fonction de leur environnement concurrentiel.

Comme premier ministre, Andrew Scheer va:

  • Établir des normes sur les émissions pour les gros émetteurs qui réduiront les gaz à effet de serre et encourageront les entreprises canadiennes à respecter les normes les plus élevées qui soient en matière de technologie verte.

Les entreprises devront réduire leurs émissions en fonction de ces limites. Celles dont les émissions excèdent les Normes sur les investissements verts devront investir dans la recherche, le développement et l’adoption de technologies propres de réduction des émissions à leur industrie. Ces entreprises devront investir un montant fixe pour chaque tonne de gaz à effet de serre excédant la limite. Nous voulons que les gros émetteurs investissent dans la technologie qui leur permettra le mieux de réduire leurs émissions. Ça devrait être la technologie ayant le meilleur potentiel de réduction des émissions et offrant le meilleur rendement possible sur les investissements, selon les conditions du marché.

Le plan climatique de Justin Trudeau donne aux pollueurs un répit qu’il ne donne pas aux consommateurs et aux petites entreprises. Notre plan élargira l’application exécutoire de la politique sur les principaux émetteurs des installations émettant 50 kt de CO2e aux installations émettant 40 kt de CO2e par année. Ça signifie que notre plan sera exécutoire pour un plus grand nombre de gros émetteurs et plus d’entreprises que le plan de Trudeau.

*Les fuites de carbone sont généralement définies comme le transfert d’émissions d’un pays à l’autre en raison des différences de politiques sur le carbone.

CERTIFIER LES INVESTISSEMENTS VERTS

Dans le but d’assurer que les investissements réduisent les émissions, notre plan comprendra un processus de certification transparent et responsable de tous les investissements.

Avec la Certification aux Normes sur les investissements verts et la détermination de l’admissibilité des investissements dans les technologies vertes, nous assurerons que les entreprises prennent des décisions optimales de façon opportune. La certification exigera une évaluation technique afin de déterminer si un projet, un investissement, un fonds ou un autre instrument soutient le développement ou l’adoption de technologies de réduction des émissions.

Comme premier ministre, Andrew Scheer va:

  • Élaborer un programme de Certification aux Normes sur les investissements verts précisant les investissements admissibles ;
  • Exiger que toutes les entreprises dont les installations sont régies par cette réglementation rapportent leurs émissions. Nous allons établir une fonction de vérification pour assurer que les émetteurs respectent la réglementation et que les investissements augmentent.

La certification pourra s’appliquer à une entreprise excédant les Normes sur les investissements verts ou à une entreprise voulant promouvoir ses produits aux entreprises qui excèdent les Normes sur les investissements verts. Une fois la certification obtenue, l’entreprise n’aura pas à faire une nouvelle demande chaque année.

Nous allons assurer que les entreprises prennent des mesures tangibles pour réellement réduire les émissions à moyen terme, et que les bons incitatifs soient en place.

Environnement et Changement climatique Canada supervisera la Certification aux Normes sur les investissements verts.

PAR EXEMPLE, DES INVESTISSEMENTS DANS:

  • Une filiale ou une division de l’entreprise qui fait de la recherche et du développement admissibles sur les technologies de réduction des émissions;
  • Un groupe industriel de recherche et de développement qui permet aux entreprises canadiennes de combiner leurs investissements dans les technologies vertes;
  • Des obligations vertes ou des instruments financiers visant à investir dans les technologies de réduction des émissions;
  • Des entreprises de technologies propres canadiennes dirigeant ou adoptant des technologies de réduction des émissions;
  • Des programmes universitaires et collégiaux canadiens qui encouragent le développement de technologies vertes.

LE PROCESSUS ÉTAPE PAR ÉTAPE

Une entreprise canadienne fabrique un produit utilisé au pays et à l’étranger. Elle a une usine qui produit plus d’émissions que ce qui est permis au titre de la norme applicable à son industrie. Dans le cadre de notre plan environnemental, elle doit investir un montant proportionnel dans une technologie verte admissible.

Après avoir jaugé ses options, l’entreprise décide d’investir dans une jeune entreprise qui développe un nouveau processus de capture et d’utilisation du carbone qui répond à son modèle d’affaires. Cette jeune entreprise a passé le processus de certification. L’investissement est donc une dépense admissible. L’entreprise voit le potentiel à long terme de la technologie et décide de former un partenariat avec la jeune entreprise afin de partager son expertise et de soutenir sa croissance.


Une entreprise canadienne excède le seuil de la norme applicable. Elle doit investir un montant proportionnel dans une technologie verte admissible.

Après avoir jaugé ses options, l’entreprise décide de réaliser un projet pilote visant à soutenir une nouvelle technologie prometteuse de réutilisation de la chaleur résiduelle. Le projet pilote répond à toutes les exigences du processus de certification. Si elle est éprouvée et adoptée, cette technologie permettra de réduire les émissions et les coûts de fonctionnement.

CRÉDIT D’IMPÔT POUR LES HABITATIONS ÉCORESPONSABLES

Pour de nombreux Canadiens, le coût initial pour rendre leur habitation écoénergétique est irréaliste et hors de portée. Des innovateurs et des entreprises conçoivent des options pour l’amélioration écologique des habitations, mais comme tout nouveau produit, il peut prendre un certain temps avant que ces options soient accessibles et abordables.

Ces améliorations permettent non seulement d’économiser de l’énergie, mais aussi de l’argent en réduisant les coûts énergétiques. Pour soutenir les familles canadiennes, un gouvernement conservateur créera un Crédit d’impôt pour les habitations écoresponsables.

Comme premier ministre, Andrew Scheer va:

  • Créer un Crédit d’impôt pour les habitations écoresponsables (CIHE) de deux ans pour aider les propriétaires à financer les rénovations écoénergétiques.

Comme le Crédit d’impôt pour les habitations écoresponsables sera de deux ans, il encouragera les Canadiens à entreprendre des rénovations plus rapidement. Il encouragera les familles à adopter de nouveaux produits et technologies écoénergétiques.

Avec ce programme, les Canadiens auront droit à un crédit d’impôt remboursable de 20 % pour les améliorations vertes à leur habitation de plus de 1000 $, jusqu’à concurrence de 20000 $, ce qui leur permettra d’économiser jusqu’à 3800 $ sur les rénovations, chaque année. Ce crédit d’impôt devrait coûter 900 millions de dollars par année.

En 2017, les bâtiments représentaient environ 12 % des émissions du Canada, ou 85 Mt d’équivalent de dioxyde de carbone[16].

LES AMÉLIORATIONS ÉCORESPONSABLES SERAIENT ENTRE AUTRES :

  • L’installation d’isolant de haute qualité ;
  • Les investissements dans des chaudières à forte efficacité énergétique;
  • Le remplacement de portes et de fenêtres par des modèles plus efficients;
  • L’amélioration des systèmes de ventilation, de chauffage et de refroidissement;
  • L’installation de panneaux solaires.

CODE DE RÉNOVATION DES HABITATIONS ÉCORESPONSABLES

De plus en plus de Canadiens veulent rendre leur habitation plus écoresponsable. Ils le font pour réduire leurs émissions et économiser sur les coûts énergétiques à moyen et long termes. Pour établir des normes pour les rénovateurs, les entrepreneurs et les propriétaires, nous allons créer le nouveau Code de rénovation des habitations écoresponsables.

Comme premier ministre, Andrew Scheer va:

  • Créer un code de rénovation pour ceux qui veulent faire des rénovations écoresponsables.

CONTRATS DE PERFORMANCE ÉNERGÉTIQUE

Nous voulons qu’il soit plus facile pour les entrepreneurs de construire des habitations vertes. Les Contrats de performance énergétique (CPE) sont un concept relativement nouveau qui a du succès dans d’autres juridictions. Un investissement en capital est fait dans un édifice, et le propriétaire rembourse ensuite l’investisseur par l’intermédiaire des économies d’énergie réalisées. Le Code de rénovation des habitations écoresponsables fera partie du cadre réglementaire requis pour l’établissement d’un nouveau CPE.

Comme premier ministre, Andrew Scheer va:

  • Assurer qu’il existe des soutiens juridiques pour établir des Contrats de performance énergétique afin d’encourager les rénovations à long terme.

NORME SUR LES HABITATIONS À CONSOMMATION NETTE ZÉRO

Le Code national du bâtiment établit les normes sur l’efficacité énergétique des édifices et peut jouer un rôle important dans nos efforts de réduction des émissions. Le gouvernement conservateur précédent a augmenté les exigences sur l’efficacité énergétique dans le Code du bâtiment de 2010 et de 2015, et dans le Code national de l’énergie pour les bâtiments de 2011 et de 2015.

De leur côté, les libéraux de Trudeau établissent des objectifs idéologiques qui augmentent le coût des habitations et rendent la propriété domiciliaire encore plus hors de portée. En 2017, des responsables gouvernementaux ont estimé que le Code du bâtiment proposé par Trudeau augmenterait le prix d’une habitation type de 35 000 $[15].

Un vrai plan pour protéger notre environnement établira une Norme sur les habitations à consommation nette zéro. Il sera positif pour les Canadiens que les habitations à consommation nette zéro soient optionnelles, et non pas obligatoires. Cela aidera à établir un marché pour les technologies d’efficacité énergétique de pointe pour toutes les gammes de prix. Nous allons continuer à renforcer le Code du bâtiment en tenant compte de son impact sur le coût de la construction d’une habitation.

Comme premier ministre, Andrew Scheer va:

  • Établir une Norme sur les habitations à consommation nette zéro.

OPTIONS DE CONSTRUCTION ÉCORESPONSABLE

Nous ne pouvons pas lutter contre les changements climatiques sans tenir compte de l’industrie de la construction. Diverses mesures peuvent être prises pour encourager l’efficacité énergétique sans imposer de coûts aux contribuables ou nuire aux entreprises. Nous allons encourager l’utilisation de produits écologiques comme le bois et le ciment faible en carbone pour réduire l’empreinte carbone de nos édifices et d’autres projets d’infrastructure.

Comme premier ministre, Andrew Scheer va:

  • Encourager l’utilisation accrue de bois et de ciment faible en carbone pour les projets de construction.

CRÉDIT POUR LES BREVETS VERTS

Le secteur des technologies vertes est en pleine croissance au Canada, mais il n’est pas encore rentable. Le Canada réussit dans des domaines comme l’ambition entrepreneuriale, la recherche et le développement publics et le capital de risque, mais nous traînons en ce qui a trait au nombre de chercheurs, à la quantité de travaux de recherche et développement et au nombre de brevets[17].

Nos entreprises de technologies vertes sont fortes aux premiers stades de la recherche et du développement, ralentissent à mi-chemin (transformer les idées en entreprises et faire croître les entreprises) et trébuchent souvent au fil d’arrivée (commercialisation et développement)[18].

Un vrai plan pour protéger notre environnement encouragera les entrepreneurs verts et le développement de technologies vertes par la création d’un Crédit pour les brevets verts. Ce Crédit encouragera le secteur des technologies vertes à faire de la recherche et du développement, ainsi que de la commercialisation, ici au Canada, faisant de notre pays une destination pour l’innovation verte. L’augmentation de nouvelles technologies de réduction des émissions rendra les options écologiques plus abordables pour les Canadiens. Le Crédit pour les brevets verts est inspiré de l’approche de la «boîte à brevets» du Royaume-Uni.

Comme premier ministre, Andrew Scheer va:

  • Encourager l’utilisation accrue de bois et de ciment faible en carbone pour les projets de construction.
  • Créer un Crédit pour les brevets verts afin de réduire de 15 % à 5 % le taux d’imposition du revenu provenant des technologies vertes développées et brevetées au Canada.

Le taux d’imposition actuel des entreprises est de 15 %. Nous allons le réduire à 5 % pour le revenu provenant d’un brevet vert. Comme ce taux est inférieur au taux d’imposition des petites entreprises, ce sera un incitatif considérable pour les petites entreprises du Canada.

Le Crédit pour les brevets verts devrait coûter 20 millions de dollars par année au début, et augmenter à 80 millions de dollars après quatre ans. Nous croyons aux incitatifs, pas aux taxes. Cette réduction encouragera les investissements dans la recherche et la commercialisation dans les technologies vertes et incitera les entrepreneurs à trouver des façons de rendre leurs technologies plus vertes.

FONDS POUR L’INNOVATION ET LES TECHNOLOGIES VERTES

Le secteur des technologies vertes du Canada, petit, mais en pleine croissance, doit être soutenu de toute urgence. Depuis trop longtemps, les entrepreneurs canadiens manquent de capital. Ils voient les investissements plus généreux au sud de la frontière. De nombreuses entreprises canadiennes atteignent le stade de la commercialisation, puis vendent leurs technologies à d’autres entreprises pour la production. Il est temps de libérer notre potentiel technologique et de commercialiser nos produits ici au Canada. Nous devons donner à nos entrepreneurs l’accès au capital dont ils ont besoin pour réussir.

Comme premier ministre, Andrew Scheer va :

  • Recueillir jusqu’à 1 milliard de dollars en investissements privés de nouveau capital de risque pour les entreprises de technologies vertes. Il reposera sur le succès du Plan d’action sur le capital de risque. Nous allons allouer 250 millions de dollars à un fonds géré par le secteur privé, indépendant du gouvernement. Le secteur privé sera tenu d’investir quatre dollars pour chaque dollar gouvernemental. Nous récupérerons cet argent pour les contribuables en vendant l’investissement quand l’entreprise est lancée et atteint un potentiel commercial. Nous consulterons l’industrie pour assurer que notre plan soutient un mélange optimal de développement initial et final.

GUICHET UNIQUE VERT POUR LES INNOVATEURS

L’innovation avance quand les chercheurs et les entrepreneurs ont accès à de solides réseaux de collaborateurs. Nous allons soutenir un noyau qui permettra aux gens partout au Canada d’être mieux reliés et abolir les silos qui freinent l’innovation.

Comme premier ministre, Andrew Scheer va :

  • Créer un guichet unique vert en ligne pour les créateurs de technologies vertes qui les aidera à savoir où trouver des talents, de l’information et des ressources des secteurs public et privé.

Les écoles polytechniques, les universités et les centres de recherche du Canada ont de nombreuses ressources, notamment des étudiants, des professeurs, des établissements de qualité et des technologies de pointe, qui peuvent être utilisées par les petites et moyennes entreprises.

INNOVATION DE POINTE DANS LES TRANSPORTS

Avec notre principe Des technologies vertes, pas des taxes, notre Crédit pour les brevets verts encouragera la recherche et le développement dans le secteur des transports. Une entreprise, avec les avantages du Crédit pour les brevets verts, pourrait être encouragée à concevoir une batterie de véhicule électrique à charge rapide. Nous allons soutenir les entreprises canadiennes pour qu’elles créent des technologies de réduction des émissions dans le but de mettre leurs produits en marché plus rapidement. Ainsi, l’augmentation de ces produits rendra les options écologiques plus abordables pour les Canadiens.

Un vrai plan pour protéger notre environnement cherchera à réduire les émissions dans le secteur des transports en comblant la lacune entre les véhicules conventionnels et zéro émission et en supprimant les obstacles qui ralentissent la transition qui a déjà lieu. À cette fin, nous allons travailler avec les provinces et les territoires, les fabricants automobiles, les dirigeants d’entreprise et les experts de l’industrie afin de concevoir des batteries à charge plus rapide, d’augmenter les distances pouvant être parcourues avec une seule charge, de relever le défi environnemental du recyclage des batteries et de déployer l’infrastructure de recharge ou d’alimentation nécessaire pour un parc de véhicules changeant.

À l’heure actuelle, des règles sur le camionnage transfrontalier obligent les camions à faire une partie de leur trajet vide. Les dizaines de milliers de camions qui traversent la frontière Canada–États-Unis tous les jours représentent donc une possibilité considérable. Ces règles pourraient être modifiées afin d’améliorer l’efficacité énergétique du camionnage en Amérique du Nord, tout en maintenant les protections nécessaires aux industries nationales.

Comme premier ministre, Andrew Scheer va :

  • Négocier des changements à la réglementation afin d’augmenter l’efficacité énergétique du transport de marchandises à la frontière canadienne.

Il existe de nombreuses options pour réduire les émissions dans le domaine du transport lourd. Un gouvernement conservateur dirigé par Andrew Scheer consultera nos partenaires de l’industrie afin de trouver des façons d’aider les entreprises de camionnage à remplacer leurs vieux camions non écoénergétiques par des plus propres.

SOUTENIR LE SECTEUR AGRICOLE

Nous reconnaissons le dur travail que font nos agriculteurs pour nourrir des dizaines de millions de familles du pays. Malheureusement, la taxe sur le carbone des libéraux de Trudeau rend leur travail encore plus difficile.

Les agriculteurs contribuent à la lutte aux changements climatiques en améliorant les pratiques d’utilisation des terres comme les semis directs et la gérance des nutriments 4B (bonne source, bonne dose, bon moment et bon endroit)[19]. Nous reconnaissons leur contribution à la séquestration du carbone.

Alors que nos agriculteurs poursuivent leur travail vital, notre gouvernement trouvera des façons de soutenir le développement continu de technologies et de pratiques d’utilisation des terres favorables à l’environnement. Nous allons collaborer afin d’augmenter l’efficacité énergétique des engrais et les méthodes d’utilisation des terres, de maximiser le potentiel de captage du carbone des terres agricoles et d’assurer que les pratiques suivent les dernières percées technologiques.

UN RÉSEAU VERT

Le Canada a l’un des réseaux électriques les plus propres du monde. Plus de 80 % de notre électricité provient de sources renouvelables. Cependant, environ 220 000 personnes vivent dans près de 300 communautés éloignées, hors réseau, qui dépendent de l’électricité produite localement. Très souvent, ces communautés ont besoin de génératrices au diesel, qui sont coûteuses et mauvaises pour l’environnement.

Comme premier ministre, Andrew Scheer va :

  • Chercher à connecter les régions et les communautés éloignées à de l’électricité propre.

Même dans les régions plus populeuses du Canada qui sont connectées au réseau, nous ne profitons pas pleinement des dernières technologies. La technologie de réseau intelligent permet une communication bilatérale entre les services publics et les consommateurs afin de rendre la transmission électrique plus efficace, plus fiable et plus abordable. Elle renforce l’intégration des ressources d’énergie propre, ce qui améliore notre capacité à rendre le réseau plus écologique. L’énergie nucléaire peut aussi offrir une électricité propre, abordable et sécuritaire au Canada et dans le monde entier. Nous pouvons devenir un chef de file mondial d’une nouvelle ère technologique plus sécuritaire, modulable et pratiquement sans déchets.

Nous avons de la chance d’avoir autant de sources d’électricité propre et renouvelable au Canada, mais nous pouvons faire mieux. Nous allons non seulement investir dans la technologie de réseau intelligent et l’énergie renouvelable, et travailler avec les provinces et les territoires pour augmenter la disponibilité et l’utilisation de ces technologies, mais notre politique Des technologies vertes, pas des taxes aidera à stimuler l’innovation.

Un vrai plan pour protéger notre environnement soutiendra l’interconnexion stratégique des réseaux électriques. Cela peut être fait à l’échelle de projets afin de connecter les régions à des sources d’électricité plus propres, ou par la création d’un corridor énergétique national facilitant la transmission d’électricité propre.

Comme premier ministre, Andrew Scheer va :

  • Encourager l’adoption de la technologie de réseau intelligent et l’interconnexion stratégique des réseaux électriques;
  • Encourager l’adoption de technologies d’électricité renouvelable.

Alors que nous cherchons à avoir un réseau plus propre, nous sommes conscients du fait que par le passé, des politiques énergétiques mal exécutées ont entraîné l’augmentation drastique des prix de l’énergie. Nous allons soutenir l’écologisation de la palette énergétique du Canada, mais nous n’oublierons pas l’impact sur le coût de la vie.

FAIRE DES CARBURANTS RENOUVELABLES UNE MEILLEURE OPTION

L’approche des libéraux de Trudeau des normes sur le carburant est complexe et coûteuse. Elle imposera des coûts additionnels considérables aux carburants déjà sujets à leur taxe sur le carbone.

Trudeau impose la coûteuse norme libérale sur le carburant et propose de nouvelles règles sans précédent sur les carburants solides et gazeux qui vont au-delà de ce que la technologie actuelle permet. C’est un coût additionnel pour les entreprises déjà aux prises avec une taxe sur le carbone, des modifications réglementaires et d’autres formalités administratives fédérales.

Notre plan consiste à encourager les producteurs de carburant à contribuer, mais nous allons assurer que nous n’imposons pas un fardeau additionnel aux Canadiens. La demande de combustibles fossiles va se poursuivre pendant un certain temps. Il est donc sensé d’envisager des options pour réduire l’intensité de leurs émissions. Cependant, il faut aussi tenir compte de l’impact sur le coût, de l’utilisation des terres, de l’état actuel de la technologie, des différences climatiques régionales et de la capacité des parcs existants de s’adapter aux changements aux carburants.

Comme premier ministre, Andrew Scheer va :

  • Travailler avec les provinces, les territoires et les intervenants pour augmenter la disponibilité et l’utilisation de carburants renouvelables afin de réduire l’intensité de carbone de la palette énergétique du Canada.

ASSURER LA SÉCURITÉ DE NOS COMMUNAUTÉS

Le Canada doit améliorer sa résistance aux événements météorologiques extrêmes afin d’assurer la sécurité des communautés. Les communautés doivent pouvoir identifier les risques et faire une planification connexe appropriée.

Une optique d’adaptation peut comprendre la conception d’infrastructures pour protéger une communauté contre les événements météorologiques extrêmes, mais aussi la conception d’autres infrastructures pour assurer la résistance aux dangers connus. Dans tous les cas, cela aidera les communautés à être prêtes aux situations d’urgence.

Comme premier ministre, Andrew Scheer va :

  • Ajouter une optique d’atténuation et d’adaptation aux investissements gouvernementaux dans l’infrastructure.

Les milieux humides améliorés ou fabriqués et d’autres éléments naturels peuvent offrir une protection à faible coût contre les inondations, la sécheresse et les problèmes de salubrité de l’eau, tout en offrant des avantages comme les activités récréatives, l’habitat des poissons et de la faune et la captation du carbone.

Comme premier ministre, Andrew Scheer va :

  • Aider à réaliser des projets d’infrastructure naturelle améliorant la résistance de nos paysages naturels.

COMBATTRE LES ÉMISSIONS DES FEUX DE FORÊT

Il y a eu des feux de forêt dévastateurs ces dernières années dans l’Ouest canadien. Ces événements obligent des familles à évacuer leurs maisons et leurs communautés, et peuvent causer des pertes considérables.

Les feux de forêt font partie du cycle naturel. Cependant, le climat changeant, les problèmes croissants de santé des forêts et le potentiel d’étés plus chauds et plus secs augmentent le risque de feux de forêt de forte intensité. C’est un problème pour les communautés situées près des régions boisées.

Comme premier ministre, Andrew Scheer va :

  • Ordonner au Service canadien des forêts d’étudier l’utilisation de technologies permettant d’améliorer la détection précoce des feux et/ou de mieux prévoir le comportement des feux, ciblant spécifiquement les zones à risque à proximité des communautés.

TRAVAILLER AVEC LES COMMUNAUTÉS AUTOCHTONES

Les peuples autochtones du Canada possèdent une richesse de connaissances qui peuvent aider le Canada à comprendre les changements dans notre environnement alors que nous continuons à gérer notre air, notre territoire, nos eaux et notre faune. Nous allons continuer à travailler avec les communautés autochtones afin d’intégrer leur connaissance de la terre et leur histoire à notre compréhension globale des effets des changements climatiques et de l’environnement.

Un climat changeant touche les peuples autochtones de façon disproportionnée — en particulier ceux qui vivent dans des communautés éloignées et nordiques et qui travaillent dans des industries comme les mines et la foresterie. Nous allons assurer que les communautés autochtones soient prises en compte alors que nous planifions les mesures d’atténuation et d’adaptation.

Comme premier ministre, Andrew Scheer va :

  • Continuer à créer et à maintenir des relations respectueuses avec les peuples autochtones afin d’apprendre de leur savoir et d’intégrer leurs connaissances traditionnelles aux efforts déployés pour répondre aux effets des changements climatiques ;
  • Collaborer avec les peuples autochtones sur les projets d’atténuation et d’adaptation.

[15] Snyder, J. Nov 13, 2017. Tighter building codes are Ottawa’s next climate target – and it could cost homeowners up to $35,000.

[16] Canada.ca. Émission de gaz à effet de serre à l’échelle mondiale

[17] Conference Board of Canada. 2018. Innovation, Provincial and Territorial Ranking

[18] Elgie, S. and Brownlee, M. 2017. Accelerating Clean Innovation in Canada. Policy Brief, April 2017. Smart Prosperity Institute. 24 pp.

[19] 19 Fertilizercanada.ca. Nutrient Stewardship.

Retour au sommet